FILM ORODISPERSIBLE

SOLUTION À LA CONTREFAÇON DE MÉDICAMENTS : LE FILM ORODISPERSIBLE

La contrefaçon est un phénomène qui touche le monde entier et qui prend énormément d’ampleur, il s’est fortement développé avec la vente libre sur internet. En effet, selon Pfizer, 32 % de français achètent sur internet pour gagner du temps et économiser (1) . Mais les risques sont de plus en plus grands.De nombreux patients de tout âge en sont victimes et cela ne touche pas qu’une seule partie des médicaments.

Dans plus de 50% des cas, les médicaments achetés sur internet sont contrefaits.(2)

QU’EST-CE QU’UN MÉDICAMENT CONTREFAIT ?

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit le faux médicament comme une imitation : « Un médicament contrefait est un médicament qui est délibérément et frauduleusement muni d’une étiquette n’indiquant pas son identité et/ou sa source véritable. Il peut s’agir d’une spécialité ou d’un produit générique et, parmi les produits contrefaits, il en est qui contiennent les bons ingrédients ou de mauvais ingrédients, ou bien encore pas de principe actif, et il en est d’autres où le principe actif est en quantité insuffisante ou dont le conditionnement a été falsifié. » (3)

Les produits contrefaits violent les droits de propriété intellectuelle et placent les patients en danger.

QUE CONTIENNENT CES MÉDICAMENTS ?

Du médicament princeps au générique, tous les médicaments sont touchés par la contrefaçon, actuellement 920 produits médicaux contrefaits ont été recensés (4). Ces médicaments peuvent contenir des insuffisances ou excès de quantités, et de faux ou mauvais ingrédients.

En 2013, les médicaments ont été le premier secteur touché par la contrefaçon, avec 18 % des 7,6 millions d’articles saisis par la douane, devant les vêtements (14 %). (5)

QUELS MÉDICAMENTS SONT LES PLUS CONTREFAITS ?

En Europe, les médicaments les plus contrefaits sont les inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (IPDE5), traitements pour les troubles de l’érection et souvent, les consommateurs d’IPDE5 illicites ne réalisent pas qu’ils utilisent des produits contrefaits et qu’ils mettent leur santé en danger. (6)

TÉMOIGNAGE : QUEL EST LE DANGER DE CES MÉDICAMENTS CONTREFAITS ?

Témoignage du journal La Dépêche du Midi, de Philippe, 30 ans expliquant son expérience à la prise d’IPDE5 contrefait sans le savoir : «j’ai été pris de migraines violentes, un mal de tête terrible puis d’un coup j’ai eu chaud, très chaud. Autant vous dire que j’avais plus trop la tête à ma copine parce que je me suis vraiment inquiété. Je me suis couché en pensant que ça allait passer. J’ai dormi mais j’étais quand même super-inquiet. Et assez honteux pour ne pas en parler à ma copine. Je me suis levé le lendemain j’avais saigné du nez. Et j’ai saigné du nez régulièrement pendant deux jours. » (7)

« j’ai été pris de migraines violentes, un mal de tête terrible puis d’un coup j’ai eu chaud, très chaud »

C’est pour cela que les Laboratoires Genevrier s’engagent contre la contrefaçon des médicaments pour protéger les patients des risques qu’ils peuvent encourir en prenant des médicaments issus de ce marché parallèle.

COMMENT LES LABORATOIRES GENEVRIER LUTTENT-ILS CONTRE LA CONTREFAÇON ?

– En travaillant à l’élaboration d’une nouvelle technologie, plus réglementée et difficile à contrefaire (film orodispersible)
– En informant professionnels et particuliers sur les risques et danger de la contrefaçon.

#fakedrugs #contrefaçon

UNE SOLUTION EXISTE : LE FILM ORODISPERSIBLE

L’administration galénique orale est la plus utilisée, car c’est une administration facile et rapide. Les Laboratoires Genevrier et leur partenaire IBSA ont donc développé une nouvelle technologie comprenant l’administration orale mais de manière plus innovante et sécurisée : le film orodispersible. Il protège l’authenticité du produit et sa traçabilité. Il est une alternative innovante aux pilules et prévient de la contrefaçon de par sa technologie très difficile à contrefaire.

IBSA_contrefacons_2019_TRIPTYQUE_A5_v4_revu AR

Processus de fabrication :

La fabrication de film orodispersible repose sur plusieurs étapes :

  1. Phase de mélange : la masse est mélangée
  2. Coulage : coulage de la masse fluide sous forme de film
  3. Séchage : le film est séché, cette phase nécessite un contrôle de l’air minutieux
  4. Découpe à la dimension : la taille et la résistance du film sont définies par une découpe minutieuse et selon différentes tailles pour un dosage précis.
  5. Conditionnement : le film est conditionné dans un sachet individuel.

Prise du médicament : Après avoir déposé le film orodispersible sur la langue, le film se désintègre et fond en quelques secondes.

Voir nos produits film orodispersible

Références :
1) OMS – Bulletin de l’Organisation mondiale de la Santé – La menace croissante des contrefaçons de médicaments- Volume 88, avril 2010 – 241-320,  https://www.who.int/bulletin/volumes/88/4/10-020410/fr/ : consulté le 23 mai 2019
2) PFIZER – Infographie contrefaçon médicaments – mai 2013 – PFID 249 – https://www.pfizer.fr/sites/default/files/PDF/infographie-contrefacon-medicaments-PFID249-201305.pdf : consulté le 23 mai 2019
3) OMS – Guide pour l’élaboration de mesures visant à éliminer les médicaments contrefaits, 2000. https://apps.who.int/medicinedocs/fr/d/Jwhozip41f/ : consulté le 20 mai 2019
4) OMS – Produits médicaux de qualité inférieure ou falsifiés – 31 janvier 2018 – https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/substandard-and-falsified-medical-products : consulté le 20 mai 2019
5) DOUANE GOUV.fr – Le Havre- saisie record de 2.4 millions de médicaments de contrefaçon – Archive 2014 – http://www.douane.gouv.fr/articles/a11957–archives-2014-le-havre-saisie-record-de-2-4-millions-de-medicaments-de-contrefacon : consulté le 20 mai 2019
6) Chiang J, Yafi FA, Dorsey PJ, Hellstrom WJG. The dangers of sexual enhancement supplements and counterfeit drugs to « treat » erectile dysfunction. Transl Androl Urol 2017; 6(1):12–9.
7) Journal la depeche – Contrefaçon : alerte aux faux médicaments – 13 octobre 2013 – https://www.ladepeche.fr/article/2013/10/13/1730126-contrefacon-alerte-aux-faux-medicaments.html : consulté le 20 mai 2019

Dernière mise à jour le : 17/07/2019